© 2019 par JAPPAL-UI

  • Facebook Goethe Avocats
  • LinkedIn Goethe Avocats

Notre mission

C’est d’abord d’assurer de manière unitaire la défense de ses membres dans le cadre des procédures collectives ouvertes contre les sociétés composant le « groupe Maranatha ». 

De même, nous nous devons aussi d’assurer et coordonner la représentation collective des investisseurs privés dans le cadre des négociations portant sur les opérations de reprise des sociétés composant le « groupe Maranatha ». 

Les membres du CODDIMA doivent aussi être informés sur les solutions de reprise les plus conformes à leurs intérêts respectif. 

Nous devons leur proposer toutes diligences utiles visant à assurer la défense de leurs intérêts dans le cadre des procédures collectives ouvertes à l’égard des sociétés mises en place par la société Maranatha SAS.

Mais aussi, accompagner les investisseurs pour les Assemblées générales qui vont valider les plans de continuation de Colony.

Et enfin, il convient résoudre les problèmes des hôtels que Colony ne veut pas rependre en continuation et trouver et négocier avec les meilleurs acquéreurs possibles pour que personne ne soit lésé. 

 Un collectif indépendant pour défendre vos intérêts 

 

Nous défendons vos intérêts en cherchant à maintenir à votre profit la plus grande valeur possible des hôtels.

Nous rejetons et dénonçons ceux qui veulent liquider ou démanteler le groupe. Ceci ferait perdre le maximum à tous.

De même, nous nous opposons à un plan, visant à créer une vaste fusion / confusion / mutualisation des actifs hôteliers en sous-estimant l’hétérogénéité du parc et la multiplicité des situations « spéciales ».

Nous sommes aussi partisans de la recherche de compromis, avec le groupe hôtelier Colony, le seul repreneur légalement désigné par le Tribunal, par un jugement définitif, mais sans jamais accepter ni la « compromission » ni les décisions arbitraires.

C’est pourquoi nous exigeons, et nous attachons à vérifier, les chiffres, les hypothèses, les plans d’action, les conventions, et n’acceptons pour nos clients que d’éventuels efforts « économiquement, stratégiquement et financièrement justifiés » et assortis de contreparties.

Nous n’avons pas hésité à faire comprendre à tous nos interlocuteurs qu’il serait vain de rechercher une solution sans le soutien des investisseurs du CODDIMA. 

Une démarche qui avait déjà permis d’obtenir une meilleure offre sur laquelle tous les autres ont fait progressivement les efforts nécessaires pour s’aligner. 

Nous avons dû pour y parvenir représenter le poids maximum dans les capitaux investis avec le plus grand nombre possible d’investisseurs.

Mais aujourd’hui, nous avons besoin d’élargir l’audience  du CODDIMA pour conseiller les investisseurs dans les Assemblées générales.  

Bien entendu, la création en avril 2018 du Comité des représentants des actionnaires, dans lequel le CODDIMA a toujours eu une place essentielle a permis, malgré la défection finale de l’ADEFIMA, de faire entendre jusqu’au bout la voix du CODDIMA.

Le CODDIMA a tout fait pour rapprocher les trois dernières offres. Même si le tribunal, souverain, a choisi finalement notre second choix (Colony). 
 

Heureusement, ce dernier a accepté d’améliorer son offre après le jugement et nous travaillons désormais avec lui de façon constructive. C’est ainsi que le CODDIMA poursuit avec ténacité l’action constante et les objectifs qui sont les siens pour défendre les intérêts de tous les investisseurs.

 

 
 
G
M
T
Y
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Text-to-speech function is limited to 200 characters
 
[removed]
 
Options : History : Feedback : Donate Close